ARCHITECHTONIC

Just another WordPress.com weblog

L’architecture s’adapte au monde de l’internet ?

Internet et spam

L’explosion d’Internet, la prolifération des réseaux, le web omniprésent ne pouvaient laisser les arcitectes indifférents. Face au développement exponentiel du virtuel, comment situer l’architecture ? Comment cette discipline depuis toujours inscrite comme art de la fondation pourrait-elle encore rendre compte d’un monde où le morcellement et l’effacement progressent ?

The box - Californie, Eric Owen Moss

The box - Californie, Eric Owen Moss

L’école californienne semble être la mieux placée pour répondre à cette interrogation ontologique, relever les défis imposés par la déferlante des technologies nouvelles. En 1993, Thom Mayne, du groupe Morphosis, avait publié un court texte intitulé Connected Isolation. Dans cet opuscule appelé à devenir la bible du philosophe allemand Peter Sloterdijk, il décrit le monde comme un ensemble de micro-univers atomisés, bulles, cocons, sphères … reliés les uns aux autres. Cet archipel généralisé, Thom Mayne va s’efforcer d’en bâtir la traduction. Il conçoit alors ses projets comme des bâtiments déconstruits, ensembles disparates de parties reliées entre elles, non par des modules d’architecture mais par les flux des êtres qui les utilisent et les habitent.

L’architecture prend donc la forme d’une mousse. Ca bourgeonne de partout, ça bouillonne. Tout un pan de la construction se matérialise dans des « pop-up », des greffons, des émergences, sortes de mitages généralisés de l’architecture de base par des pustules squatters, des spams. Les Néerlandais appellent cela le plug-in, ou l’adjonction par branchement d’une partie supplémentaire sur un bâtiment préexistant. On vient ficher une pièce en façade comme on fiche une prise mâle dans une prise femelle. Edouard François applique le procédé dans sa célèbre « Maison qui pousse » de Montpellier, offrant à ses habitants une pièce en plus, nichée dans les arbres, à l’extérieur de chaque appartement. Productifs, les Néerlandais inventent encore le terme de stacking ou empilement. Lors de la désastreuse exposition universelle de Hanovre en l’an 2000, le pavillon signé par MVRDV se présente comme un lasagne écolo gigantesque et décroche la timballe.

Château Le Lez, Montpellier, dit l'immeuble qui pousse

Château Le Lez, Montpellier, dit l'immeuble qui pousse

"Le Lasagne écolo", MVRDV, Exposition Hanovre 2000, pavillon néerlandais

"Le Lasagne écolo", MVRDV, Exposition Hanovre 2000, pavillon néerlandais

Publicités

mars 17, 2009 Posted by | Tendances, Uncategorized | Laisser un commentaire

Perspectives futures – XXI° siècle

Entre Technologie et Ecologie

Grâce à l’expérimentation technologique et nouvelles techniques du XXI° siècle, grand nombre de projets impensables il y a encore peu de temps voient leur réalisation possible. Cependant l’architecture explore de nouvelles solutions en réponse aux exigences de nos jours, telles que le respect de notre environnement, l’altération des conditions écologiques de notre planète et une utilisation plus réfléchie des ressources. Un des grand défis du troisième millénaire est donc de savoir faire coexister Technologie et Ecologie.

London Bridge Tower, 2009, par Renzo Piano

La tour surgira à côté de la gare de London Bridge au centre de Londres, à proximité de la Tamise. Une lame qui va s’amincissant vers le sommet se dressera à 306 mètres de haut dans le ciel de Londres. A l’intérieur de ses 66 étages, prendront place des magasins, un hôtel, des bureaux, des logements et un musée.

London Bridge Tower

London Bridge Tower

Petronas Towers à Kuala Lumpur, 1998, par Cesar Pelli

Ce sont actuellement les constructions les plus hautes du monde : elles se dressent, parallèles, à 452 mètres, dans le ciel malais avec leurs 88 étages, sur un soubassement commun. Une galerie à proximité du 41° étage réunit les deux tours. Le plan, issu de l’intersection de deux carrés reliés par des segments circulaires rappelle le symbolisme de la tradition islamique.

Les tours Petronas

Les tours Petronas

Nicholas Grimshaw Eden Project, St Austell, Grande-Bretagne, 2001

Le projet naît en réponse aux principes énoncés durant la conférence des Nations Unies pour l’environnement de 1992, essayant de promouvoir une gestion respnsable des ressources de la planète, afin de garantir un futur supportable par tous les êtres vivants. Huit biosphères dans lesquelles sont reproduits des millieux subtropicaux et désertiques, offrent aux visiteurs l’opportunité d’entrer en contact avec des milliers de plantes provenant de divers habitats naturels : il s’agit de la serre la plus grande au monde.

Eden Project

Eden Project

février 16, 2009 Posted by | Tendances | 2 commentaires

Equipements sportifs

Le sport devient un spectacle

L’importance acquise pas les manifestations sportives a rendu indispensable la construction de nouvelles structures capables d’accueillir de vrais événements suivis par des spectateurs toujours plus nombreux. Les jeux olympiques, la coupe du monde de football, les sports d’hivers etc … ont générés une demande importante d’innovation pour les architectes. Chaque architecte est confronté aux normes imposées par les compétitions de haut niveau et aux exigences de l’ampleur et de la spécificité de l’emplacement. En effet il faut pouvoir couvrir, éclairer, et protéger de très grands espaces, tout en coordinant des flux importants de personnes. Pour cela les architectes ont collaborés avec les bureaux d’ingénérie pour créer des édifices fonctionnels, de haute technologie et élégant à la fois.

Tremplin pour le saut à ski de Zaha Hadid à Innsbruck en Autriche (2002)

Tremplin de Zaha Hadid de nuit

Tremplin de Zaha Hadid de nuit.

L’installation est constituée d’une rampe de lancement et d’un belvédère situé au sommet d’une tour en béton armé haute de 43 mètres ; la rampe, longue de 90 mètres est soutenue par une structure réticulaire en acier. Le revêtement uniforme en panneaux métalliques contribue à rendre la construction fluide et élégante. En 2002, on décide de dresser une nouvelle plateforme de départ du traditionnel tremplin de Bergisel (dans la ville d’Innsbruck). La piste d’élan est construite comme un pont et la construction est métallique. Ce monument sportif est devenu l’emblème de la ville

Stade municipal par Eduardo Souto de Moura à Braga au Portugal (2002-2003)

Stade municipal de Braga

Stade municipal de Braga

L’équipement a été crée pour accueillir les championnats de la coupe d’Europe de football en 2004 et est situé à proximité du Mont Castro au Portugal. Les tribunes sont situées en longueur sur deux côtés seulement, et l’un des deux est adossé à la montagne. La couverture est constituée par un faisceau de câbles tendus et rappelle les ponts suspendus construits par les Incas au Pérou.

Stade olympique de Munich par Günter Behnisch et Frei Otto (1968-1972)

Ce type de couverture particulièrement adapté aux grands espaces des stades, garantit transparence et protection des agents atmosphériques. C’est une sorte de tente constituée par un trame de câbles métalliques soutenue par des pylônes inclinés en acier et recouverte d’écailles de plexiglas. Construit à l’occasion des JO de 1972, le Stade olympique de Munich (Olympiastadion München en allemand) est l’une des œuvres architecturales sportives les plus audacieuses de la fin du XXe siècle. Hormis les événements tragiques des JO, et l’attentat palestinien contre les athlètes israéliens, le stade a également accueilli la finale de la Coupe du monde de football en 1874 remportée à domicile par la RFA.

Stade olympique de Munich

Stade olympique de Munich

janvier 30, 2009 Posted by | Tendances, Uncategorized | Laisser un commentaire